• Inscription

La Calotte

 

Origine de la calotte

La calotte date du XIXe siècle. Elle trouve son origine dans la guerre scolaire. Les étudiants de Louvain voulaient se distinguer en adoptant un couvre-chef particulier. C’est la calotte qui fut adoptée. Traditionnellement, on associe l’apparition de la calotte à la Société Générale Bruxelloise des Etudiants Catholiques et à son fondateur en 1895, Edmond Carton de Wiart (futur Premier Ministre par ailleurs...). Cette association regroupait surtout des étudiants bruxellois de Louvain, mais aussi des étudiants catholiques de Bruxelles (ICHEC, ECAM…). Elle a disparu en 1953.

Dès l’origine, la calotte se veut le symbole de trois valeurs essentielles: académisme, catholicisme, patriotisme. C’est à cause de cet aspect patriotique que la calotte n’a connu qu’un demi-succès. Pour le mouvement flamand qui naissait à Louvain, la calotte était perçue comme un couvre-chef de francophones. C’est pour cela que la plupart des étudiants néerlandophones ne la portèrent pas. Il existe néanmoins des étudiants flamands qui portent la calotte, mais ceux-ci sont généralement francophones (fransquillons).

Avec la scission de l’Université de Louvain, la calotte a quasi-disparu pendant les années ’70. Elle a réapparut dans les années ’80. Aujourd’hui, la calotte est surtout portée à Louvain-la-Neuve (UCL). Mais on la porte aussi à Bruxelles (St-Louis, ECAM, ICHEC) et à Namur (FUNDP).

On relèvera encore quelques cas plus particuliers. La calotte est encore portée à Louvain par certaines associations qui continuent à se sentir plus "belges" que "flamandes": le Koninklijke Oost- en Westvlaamse Katholiekestudentenkring (Vla-Vla) et le Koninklijke Mechelse Katholiekestudentenkring (la Malinoise). Ces associations sont surtout composées de francophones de Flandre.

La calotte est aussi portée dans les universités d’Etat. A Liège, l’OGS, ainsi que la Royale Union des Etudiants Catholiques de Liège et sa branche folklorique appelée Ordre du Torê porte une calotte à fond vert. A Gand, il existe une association, la Société Générale des Etudiants Catholiques de Gand (dite Gé gantoise ou encore Gé catholique), aujourd’hui la plus vieille association calotine de Belgique depuis 1879, porte une calotte à fond blanc. Elle aussi est surtout composée de francophones. Depuis quelques années existe aussi une association néerlandophone à Namur. Beaucoup d’étudiants de Namur sont en effet des Flamands venus apprendre le Français. Ils ont leur propre association, la BRABO.

La symbolique de la calotte


La calotte est avant tout le symbole d’une adhésion à un ensemble de valeurs telles que: L’OUVERTURE vers l’extérieur, la CAMARADERIE, la TOLÉRANCE et le RESPECT de l’autre et des TRADITIONS et du FOLKLORE.

Étant caractéristique des écoles et universités catholiques (sauf exceptions), on lui attribue également une symbolique chrétienne (plus théorique que pratique).

-De par les insignes qui s’y retrouvent, elle permet de connaître globalement la provenance, le parcours estudiantin et le mode de vie de celui qui la porte, ainsi que ses attaches particulières avec un cercle ou une régionale.

Le port de la calotte, par la participation aux coronas (passages de calottes) qu’il sous-tend, montre un esprit de camaraderie et l’attrait d’une certaine ambiance estudiantine décontractée mais respectueuse des traditions. 


Site du CESEC - Cercle des Étudiants en Sciences Économiques, Sociales, Politiques et de la Communication à l'Université Catholique de Louvain (UCL Louvain-la-Neuve)

Nous contacter